">

Licenciée pour avoir envoyé 156 mails personnels en deux mois depuis son lieu de travail
Elle réclamait 26 000 € à son ex-employeur pour atteinte à sa vie privée.
Le conseil des prud’hommes d’Angers a débouté cette salariée et a justifié son renvoi de l’entreprise.


L'accès à cet article est réservé aux adhérents