">

Une société (sa raison sociale n’est pas dévoilée) avait déposé un dossier en 2009 pour obtenir l’agrément d’Hébergeur de Données de Santé, qu’elle avait obtenu en 2010.
Elle indiquait dans son dossier chiffrer l’ensemble des données médicales hébergées.
Lors d’un contrôle sur place réalisé début 2011 la CNIL a constaté que ce n’était pas le cas et que les données étaient accessibles aux administrateurs informatique et non pas exclusivement au personnel de santé habilité.
Par contre le site Web CIO Online publie (...)


L'accès à cet article est réservé aux adhérents
Agenda

1er décembre 2017
Réunion AFCDP à Toulouse

24 janvier 2018
12è Université des DPO