">

Des dizaines de laboratoires d’analyses médicales Français laissaient en accès libre, sans le savoir, les données de leurs patients, facilement accessibles via un moteur de recherche.
Les laboratoires concernés (plusieurs centaines ?) utilisent un service informatique commun, un outil de gestion proposée par une société tierce.
Cette dernière avait oublié de "bloquer" le dossier /tmp/ des sites concernés, ce qui donnait l’accès à des informations telles que noms, adresses postales, analyses et (...)


L'accès à cet article est réservé aux adhérents
Agenda

1er décembre 2017
Réunion AFCDP à Toulouse

24 janvier 2018
12è Université des DPO