">
  • Recruteurs, CIL : pourquoi ne pas prendre un apprenti ?
  • Candidats envisageant de suivre une formation afin de devenir un professionnel de la conformité Informatique et Libertés : pourquoi ne pas choisir l’alternance ?

Cette formule présente beaucoup d’intérêt. Elle est utilisée par plusieurs personnes qui suivent actuellement des formations longues diplômantes pour se préparer au métier de CIL et de Délégué à la protection des données.

Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié qui permet l’acquisition d’une qualification professionnelle reconnue par l’État et/ou la branche professionnelle concernée.

L’employeur s’engage à assurer aux bénéficiaires d’un contrat de professionnalisation une formation leur permettant d’acquérir une qualification professionnelle et à leur fournir un emploi en relation avec cet objectif pendant la durée du contrat à durée limitée ou de l’action de professionnalisation dans le cadre d’un contrat à durée indéterminée. De son côté, le titulaire du contrat s’engage à travailler pour le compte de cet employeur et à suivre la formation prévue au contrat.

Cette formule n’est pas réservée aux jeunes âgés de 16 à 25 ans. Elle peut également répondre aux projets des demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus. Pour les demandeurs d’emploi de 45 ans et plus, les employeurs peuvent même bénéficier d’une aide de l’État.

Tous les employeurs assujettis au financement de la formation professionnelle continue (donc à l’exception de l’État, des collectivités territoriales et de leurs établissements publics à caractère administratif) peuvent signer un contrat de professionnalisation.

Le contrat peut être à durée limitée pour une durée comprise entre 6 et 12 mois ou à durée indéterminée. Dans ce cas, les règles de durée maximale (12 ou 24 mois) portent sur la période de professionnalisation, c’est-à-dire la première phase du contrat qui s’effectue en alternance, à l’issue de laquelle le contrat de travail se poursuit sous l’égide du droit commun. Quelle que soit la forme du contrat (à durée limitée ou CDI), le contrat peut comporter une période d’essai qui doit être mentionnée dans le contrat de professionnalisation.

Le titulaire d’un contrat de professionnalisation est un salarié à part entière.

Sa rémunération varie en fonction de son âge et de son niveau de formation initial.

Le temps de travail du salarié en contrat de professionnalisation est identique à celui des autres salariés de l’entreprise (Le temps de formation est inclus dans le temps de travail).

Les enseignements ont une durée comprise entre 15 % et 25 % de la durée totale du contrat de professionnalisation à durée limitée ou de l’action de professionnalisation du contrat à durée indéterminée ; cette durée ne peut pas être inférieure à 150 heures.

L’employeur doit désigner, pour chaque salarié en contrat de professionnalisation, un tuteur pour l’accompagner. Dans notre secteur, il est naturel que le CIL joue ce rôle.

Témoignages d’apprentis

Malika Duquet

On pourrait être surpris de voir des « apprentis » avec près de 20 ans d’expérience en entreprise mais il n’y a pas d’âge pour apprendre ! En acceptant le contrat pro chez Devoteam, j’ai trouvé le moyen de financer ma formation à l’ISEP et de renforcer mon expertise en Data Protection en découvrant l’univers du consulting IT.

J’ai rejoint une équipe comportant plusieurs diplômés du cursus que je suis : cela a joué aussi dans ma décision. Je sais que mon employeur est en croissance et j’ai fait ce choix dans l’objectif d’être embauchée au terme de ce contrat à durée déterminée. Mais rien n’est garanti et nous avons convenu de me donner de la visibilité avant la fin de ma mission pour que je puisse m’organiser.

Pierre-Yves Dupont

Je viens d’obtenir un Master 2 en Droit du Numérique et j’ai souhaité me spécialiser dans le domaine des données personnelles. Recourir à l’alternance et au contrat de professionnalisation m’est apparu comme une évidence.

Ce mode d’apprentissage permet d’acquérir, en un an, connaissances théoriques et une solide expérience professionnelle. Les éléments traités au cours de la formation sont directement mis en application en entreprise, ce qui facilite leur assimilation. Par ailleurs, le rattachement direct auprès d’un Correspondant Informatique et Libertés est un vrai "plus".

Traditionnellement, les offres d’alternance sont postées par les entreprises en début d’été. Il faut donc être réactif. La protection des données à caractère personnel est un domaine relativement nouveau : le job board pour les CIL et les DPO proposé par l’AFCDP est donc très précieux.

Je ne peux que recommander cette approche, qui permet à l’alternant d’obtenir le statut de salarié et de voir le coût de sa formation pris en charge par l’entreprise. En ce qui concerne vos futures candidatures, éveillez la curiosité et l’intérêt des recruteurs en adaptant au maximum les CV et lettres de motivation que vous enverrez. Dernier conseil, rédigez en une version en anglais. Ceci représente un plus non négligeable puisque une part notable des offres d’alternance est proposée au sein d’entreprises internationales.

POUR ALLER PLUS LOIN

>>> Retour aux offres